En chemin vers Compostelle

Notre-Dame du Port : départ ou étape vers Saint-Jacques-de-Compostelle

Cliquer pour agrandir les photographies

 

 En 2018, la basilique Notre-Dame du Port a célébré le 20e anniversaire de son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France ».

 

Parmi les milliers de pèlerins qui empruntent les centaines de chemins et sentiers des différentes voies vers Saint-Jacques-de-Compostelle, nombreux sont ceux pour qui la basilique Notre-Dame du Port est un point de départ ou une étape. Empruntant alors la Via Arverna, ils découvrent les superbes paysages de l’Auvergne avec ses villages médiévaux, ses magnifiques églises romanes, ses volcans…

 

Avant de partir sur le chemin nous vous proposons un temps d’accueil et d’envoi à la Basilique.
Vous pouvez également nous rencontrer pour faire tamponner votre créanciale.

À la Basilique deux étapes marquantes sont proposées :

» à la crypte, devant la statue de Notre-Dame du Port, ou

Photographie © Paroisse Notre-Dame de Clermont

» au baptistère, au fond de l’église devant la statue de saint Jacques.

© Paroisse Notre-Dame de Clermont

Départ pour Saint-Jacques-de-Compostelle – © Paroisse Notre-Dame de Clermont

Contact

» Didier GRACZ – Animateur en pastorale Art et foi
» Guillaume MARQUET – Animateur en pastorale et Guide conférencier
Tél. 04 73 92 55 24
E-mail : notredameduport@gmail.com

» » Lire : Depuis le 25 juillet 2018, l’apôtre saint Jacques a sa statue dans la Basilique Notre-Dame du Port

 

Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle

 

Le pèlerinage à Santiago de Compostelle s’est développé à partir de la redécouverte du tombeau présumé de saint Jacques. Selon la tradition chrétienne, le tombeau de saint Jacques le Majeur, disciple de Jésus, aurait été retrouvé dans la ville de Compostelle en Galice, dans le nord ouest de l’Espagne, en 813.
Le pèlerinage sur le tombeau de saint Jacques se développa au Moyen-Age et, très vite, les pèlerins affluèrent de l’Europe entière utilisant les voies ancestrales de communication et de commerce.

Les quatre grands axes de communication traversant la France ont été dénommés la Via Podiensis, la Via Turonensis, la Via Lemovicensis et la Via Tolosana. Les villes de départ comme Paris, Le Puy-en-Velay, Vézelay ou Arles n’étaient en fait que des villes étapes abritant des sanctuaires incontournables. Dès le Moyen-Age, les pèlerins venaient de toute l’Europe ! Le pèlerin qui quittait sa contrée, animé par une foi sans faille, allait de sanctuaires en sanctuaires au gré des saisons, des itinéraires plus ou moins tracés et devait être prudent et courageux sur des chemins bien souvent mal fréquentés et dangereux ! Le pèlerin repartait de Saint-Jacques muni de la célèbre coquille. Elle constituait tout simplement la preuve de son voyage et était le signe que c’était un homme nouveau qui rentrait au pays.

Carte © chemins-compostelle.com

Aujourd’hui, Saint-Jacques-de-Compostelle est l’un des trois plus grands centres de pèlerinage chrétien dans le monde, après Rome et Jérusalem. Les chemins de Compostelle ont été également inscrits au Patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 1993.

La Via Arverna, au départ de Clermont

En plus des quatre principales voies du pèlerinage de Saint-Jacques, d’autres parcours moins connus méritent qu’on s’y attarde. C’est le cas de la Via Arverna qui vient d’être réhabilitée. Elle part de Clermont-Ferrand pour rejoindre la Via Podiensis à Cahors. Cette voie figure parmi les plus beaux parcours du Massif Central. Son tracé sauvage traverse la Basse-Auvergne et ses églises romanes, dont Notre-Dame du Port. Il sillonne ensuite la Haute-Auvergne, en passant par le Cantal. Cet itinéraire offre aux yeux des randonneurs et pèlerins des paysages somptueux jalonnés par un patrimoine étonnant.

Image © arverna-compostelle.fr

 

»» Voir aussi [un clic sur le logo]

[Un site réalisé par COLPORTAGE, Association pour le développement des Arts du chemin et du paysage]