La restauration de la basilique

La restauration de la basilique au début du XXIe siècle

Photographies © Paroisse Notre-Dame de Clermont
Cliquer pour agrandir

 

Notre-Dame du Port a connu de nombreuses séries de modifications et de restaurations depuis sa fondation au XIIe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Une grande campagne de restauration des intérieurs et des extérieurs a été menée de 1999 à 2008, sous la direction de François Voinchet, architecte en chef des Monuments Historiques.

À l’extérieur, le programme de restauration a été conduit de 2001 à 2006

Les murs d’arkose ont été nettoyés par microabrasion, afin de ne pas altérer la pierre. Certains éléments ont été refaits à l’identique car trop abimés, qu’il s’agisse de blocs de pierre ou de décors sculptés. Pour cela, un atelier de taille de pierre avait été installé au pied de Notre-Dame du Port.

        

             Taille d’un cordon de billettes                                            Tailleur de pierre                                     Quelques outils du tailleur de pierre

Les toitures ont connu d’importantes rénovations. Les dalles en pierre de Volvic ont été retirées car elles n’assuraient pas l’étanchéité. Elles ont fait place à des tuiles-canal, qu’on trouvait depuis le XIIe siècle.

En 1995 pour la restauration du portail sud, pour la première fois en France, la technique de nettoyage de la pierre au laser fut utilisée. Elle permet de détruire les couches de saleté sans détériorer les couleurs. Depuis, on peut admirer la polychromie du XVIIIe siècle.

À l’intérieur, les restaurations se sont déroulées de 2006 à 2008

          

Avant la restauration
Le déambulatoire                                                              La nef                                                          La coupole en 2005

Pour l’architecte en chef des Monuments Historiques, le but était de redonner une unité d’aspect aux différents volumes et de les mettre en valeur.

À l’origine, comme la plupart des églises romanes, Notre-Dame du Port était peinte à l’intérieur. Il ne reste rien des peintures médiévales. Elles ont été effacées ou recouvertes au gré des modes et des goûts artistiques. Peu avant la guerre de 1914-1918, les pierres ont été entièrement décapées.

          

Conformément à la Charte de Venise, l’état le plus ancien retrouvé sur le lieu a été rétabli : un badigeon jaune rappellant l’état de l’église au XVIIIe siècle recouvre à présent les murs de la basilique. Les chapiteaux ont été recouverts d’une fine couche de chaux écru et leurs fonds noircis pour donner du relief. Les tableaux et les peintures murales ont été eux aussi nettoyés et restaurés.

Depuis 2008, Notre-Dame du Port a délaissé ses couches noires de saleté et d’humidité pour retrouver son habit blond d’arkose et des couleurs claires, qui mettent en valeur les courbes de ses arcs et le relief de ses exceptionnels chapiteaux.


                                                             Le Christ Rédempteur                                         Adam, Ève et le serpent

 

                          L’aigle [symbolise des états spirituels supérieurs]                                                        Feuillages

La restauration de la crypte est programmée dans un avenir proche. Les deux mille-vingt ex-votos sont actuellement en cours de nettoyage pour être reposés dans la crypte [les plus anciens datent de 1856].