Les vitraux

Les vitraux de Notre-Dame du Port

Photographies © Paroisse Notre-Dame de Clermont
Cliquer pour agrandir

 

La basilique dispose de nombreux vitraux dans le choeur, la nef et la baie occidentale.

 

Les vitraux du choeur réalisés par Etienne THÉVENOT entre 1837 et 1844

Etienne THÉVENOT [1792-1862]
Né à Montferrand, il fait d’abord partie des Gardes du Corps du Roi et, à Paris, suit avec passion la renaissance du vitrail. Il rentre en Auvergne et apporte son aide au maître-verrier E. Thibaud pour la restauration des vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale de Clermont.
En 1837, il ouvre son atelier et on lui commande les vitraux de Notre-Dame du Port. A ce moment, THÉVENOT ne connait pas le terme d’« art roman » et ne sait pas encore à quoi ressemblaient les vitraux de cette époque. Il se réfère alors aux oeuvres du XIIIe s., gothiques, pour réaliser ces verrières. Les découvertes archéologiques des vitraux d’époque romane se feront peu après, les vitraux de la nef seront donc réalisés d’après ces découvertes.
A partir de 1837, THÉVENOT devient l’un des premiers correspondants des Monuments Historiques.

Les vitraux du choeur racontent la création du monde, le jugement dernier et la vie du Christ. Un vitrail représente un arbre de Jessé, c’est-à-dire une partie de la généalogie du Christ : ce vitrail est mentionné par Prosper Mérimée qui l’apprécie tout spécialement.

  

      La genèse                                                                                            Larbre de Jessé

                                L’Annonciation – La Visitation – La Nativité                                         De la Cène à la Passion

 

Les vitraux de la nef réalisés par Félix GAUDIN entre 1885 et 1887

Félix GAUDIN [1851-1930]
Depuis 1879, il est le successeur de THIBAUD maître-verrier qui avait restauré les vitraux de la cathédrale.
En 1882, sont découverts des vitraux du 12ème XIIe s. de la cathédrale de Châlons-en-Champagne. Ils vont servir de modèles à GAUDIN lorsqu’en 1884 on lui commande des verrières pour la nef de Notre-Dame du Port. Il leur emprunte la structure concentrique et la couleur blanche du fond des médaillons.

Les vitraux des bas-côtés racontent l’histoire de la basilique Notre-Dame du Port, de la fondation de la première église jusqu’au miracle de la guérison d’Etienne Durif au XVIIIe siècle, en passant par l’appel à la première croisade par Urbain II et l’institution de la procession de Notre Dame-du-Port.

   

Fondation de Notre-Dame du Port                                         Notre-Dame du Port et la première croisade

  

          Institution de la procession de Notre-Dame du Port                                        Notre-Dame du Port couronnée

 

Le vitrail de la baie occidentale réalisé par Jean MAURET en 1983

Issu d’une famille de peintres-verriers, Jean MAURET se tourne d’abord vers la sculpture. Il crée en 1969 son propre atelier de vitraux et de sculptures. Il réalise la restauration des vitraux des cathédrales de Bourges, Chartres, Poitiers…

L’arbre de vie